Absolute Valentine / Police Heartbreaker

pochette-absolute-valentine-police-heartbreaker
Actif au sein de la scène retro-synthwave depuis plusieurs années déjà, Johann Derime alias Absolute Valentine est un des fondateurs de Drive Radio, une web-radio entièrement dédiée à la musique synthwave. Ayant rejoint le label Lazer Discs Records en début d’année, il est de retour avec un nouvel album, Police Heartbreaker, sorti officiellement le 22 avril 2016.
Originaire de Marseille, Absolute Valentine est un producteur de musique électronique très fortement inspirée par les années 1980, un style que l’on peut rapprocher d’artistes de la scène retro-synthwave comme Kavinsky, Lazerhawk ou Mitch Murder. Volontairement rétro, la musique d’Absolute Valentine nous ramène à cette époque bénie, celle des cassettes, des VHS, des néons et autres jeux vidéo 8-bits. Parmi les inspirations cinématographiques, Johann Derime cite sans surprise l’incontournable John Carpenter mais aussi David Cronenberg avec des films comme Chromosome 3 (1979) ou The Fly (1986). Co-fondateur de Drive Radio (une web-radio consacrée à ce mouvement musical émergent), il a sorti son premier EP, Sunset Love, en septembre 2013, suivi fin octobre, à l’occasion d’Halloween, d’American Nightmares, un concept-album sur la thématique films d’horreur/slashers à l’ancienne. Début 2016, Absolute Valentine décide de rejoindre le label Lazer Discs Records sur lequel on retrouve d’autres artistes du mouvement synthwave tels que son compère Niky Nine mais aussi Robert Parker et Phaserland. Entre-temps, il a également contribué à d’autres projets, comme en atteste sa présence, aux côtés de Power Glove, Mitch Murder ou encore Dance With The Dead, sur la bande-son de Defragmented, un jeu vidéo indépendant se déroulant dans un univers cyberpunk. Pour ce nouvel album, Johann Derime a pris son temps et s’est concocté une véritable bibliothèque de sons à l’aide de différents synthétiseurs (un Moog, un Korg DS8 et un vieux Yamaha) afin de rendre l’ensemble plus homogène et cohérent. Côté logiciels, il utilise essentiellement Ableton Live, et pour ce qui est des boîtes à rythme, sa préférence va au Roland CR-78, très en vogue dans les années 1980 (utilisé par exemple sur le mythique Heart Of Glass de Blondie). S’inspirant ouvertement du manga City Hunter, un shonen de Tsukasa Hojo, mieux connu chez nous pour son adaptation en série animée sous le nom Nicky Larson, Absolute Valentine s’improvise donc gentleman/justicier sur ce Police Heartbreaker conçu comme une Bande Originale de film d’action typé années 1980.

pochette-absolute-valentine-sunset-love-ep pochette-absolute-valentine-american-nightmares pochette-absolute-valentine-extreme-drift-single
photo-absolute-valentine-police-heartbreaker

City Hunter

Police Heartbreaker s’ouvre sur une histoire sordide de meurtre avec Bad News, une très bonne composition dans un style purement années 1980 qui offre de jolies nappes de synthés et une atmosphère délicieusement rétro. Arrivent alors les sirènes et le beat plus agressif de Police Heartbreaker, qui marque l’entrée en scène du personnage Absolute Valentine, sorte de flic/justicier inspiré de Nicky Larson. La mélodie, à mi-chemin entre films d’action à l’ancienne et bande sons de jeux vidéo, semble réellement sortir tout droit des années 1980. Le morceau suivant, Stake Out, nous emmène à bord d’un hélico (que l’on entend décoller au début) pour une classique chasse à l’homme. Une fois encore, les mélodies typiquement eighties sont très réussies et semblent littéralement planer sur ce beat bien old school. Arrive ensuite, comme dans tout bon film d’action qui se respecte, l’incontournable scène de course-poursuite intitulée ici Extreme Drift, un excellent morceau aux accents rétro-futuristes et à la ligne de basse terriblement  accrocheuse. Le titre est suivi de Fallen Rose, une petite ballade mélancolique. Toujours à la recherche du meurtrier, Absolute Valentine fait une plongée dans les bas-fonds de la ville sur l’angoissant In The 42nd Street, un autre très bon titre de l’album, suivi d’Out Of The Void et ses nappes de synthés bien rétro. La confrontation finale arrive enfin avec l’excellent No Way Out, un des titres les plus dark de l’album, et également un de mes favoris. Après une courte introduction, une mélodie lointaine fait son apparition, puis le ton s’assombrit soudainement et laisse place à une ligne de basse old school bien badass. Le rythme sombre et hypnotique combiné aux échos de voix menaçants donne à ce titre une atmosphère obscure et inquiétante particulièrement réussie. La justice étant désormais rendue, l’aventure prend fin avec le bien nommé Synthwave Rider, un morceau de 8 minutes aux nappes de synthés très aériennes, ultime hommage à l’esthétique des années 1980 et à ses sonorités caractéristiques.

Verdict

Johann Derime signe avec cette bande-son fictive une quatrième sortie convaincante pour le tout jeune label. Enchaînant avec succès morceaux d’ambiance et beats plus percutants, Police Heartbreaker est un album solide et cohérent qui mérite que l’on y prête attention. L’album est disponible en téléchargement et également en CD dans une édition limitée à 30 exemplaires. Pour ceux qui seraient éventuellement intéressés, il en reste encore quelques-uns.

Liens : La page Bandcamp d’Absolute Valentine / La page Soundcloud d’Absolute Valentine / Le site Lazer Discs Records / La page Bandcamp de Lazer Discs Records / Le site Drive Radio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *