Discographie Anita Ward

bandeau-discographie-anita-ward
L’histoire de la musique est remplie de « one-hit wonders », ces artistes qui ont signé un hit tellement énorme qu’il a complètement éclipsé le reste de leur travail, ou qui ont tout simplement disparu de la scène. Pour Anita Ward, c’est un peu des deux tant sa carrière fut brève.
Née en 1956 à Memphis, Anita Ward a toujours aimé la musique et le chant (principalement le gospel et la soul), elle fréquente l’école d’Holly Springs, dans le Mississippi, où elle fera partie de la chorale dès son plus jeune âge et, en 1971, la Rust College Choir enregistrera même un album de gospel avec la chanteuse Leontyne Price chez RCA Records, I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free. Malgré ces opportunités dans le monde de la musique, Anita Ward décide de se concentrer sur ses études. Elle obtient finalement un diplôme en psychologie et devient enseignante. Anita Ward plongera finalement dans l’industrie musicale suite à sa rencontre avec Frederick Knight en 1978, avec qui elle signera le tube international Ring My Bell l’année suivante (voir ici). Malheureusement, elle ne parviendra pas à confirmer ce succès fulgurant et restera la chanteuse de ce grand classique disco. Elle a malgré tout sorti deux albums en 1979 avant de se retirer et de tenter un premier retour dix ans plus tard, en 1989, puis un autre en 2011.

pochette-frederick-knight-i've-been-lonely-for-so-long

C’est d’ailleurs intéressant de noter que Frederick Knight lui-même est un « one-hit wonder ». Au début des années 1970, il cherche un label qui lui donnerait une chance d’enregistrer, et finalement c’est Stax qui sortira le single I’ve Been Lonely For So Long en 1972 (écouter le morceau ici), un hit qui rentrera directement dans le top 10 R&B (l’album éponyme sortira en 1973). Il ne réussira néanmoins jamais à signer d’autres succès chez le fameux label de Memphis. Après la chute de Stax (qui ferme ses portes en 1975), il lui reste peu d’opportunités et Frederick Knight décide, avec l’aide de Clinton Harris, de créer son propre label : Juana Records. Il sortira une dizaine de singles et trois albums, mais seul le single The Old Songs atteindra péniblement la 74ème place des charts R&B, au cours de l’année 1981. Il enregistrera aussi plusieurs autres artistes comme The Controllers, un quartet vocal très inspiré des Temptations, qui auront eux plus de succès avec 7 singles classés dans les charts R&B sur les 13 parus sur le label Juana entre 1975 et 1981. Ce sont notamment eux qui ont signé le premier single du label, Is That Long Enough For You/Pictures And Memories en 1975. Ils seront aussi les premiers à atteindre les charts (#82 R&B) avec leur second single, The People Want Music. Leur cinquième single, Somebody’s Gotta Win, Somebody’s Gotta Lose, paru en octobre 1977, sera #8 R&B.

macaron-anita-ward-spoiled-by-your-love-single pochette-anita-ward-don't-drop-my-love-12inch macaron-anita-ward-cover-me-single
pochette-anita-ward-ring-my-bell-12inch-tk-records pochette-anita-ward-can't-nobody-love-me-like-you-do-12inch

Après ce rapide tour d’horizon de Juana Records, revenons à Anita Ward, qui fera bientôt connaître son plus gros succès au label. Son premier single, Make Believe Lovers/Spoiled By Your Love, sortira début 1978 mais il ne suscitera pas beaucoup d’intérêt. La version disco mix signée Richie Rivera présente sur l’album Songs Of Love (1979) ne fera d’ailleurs guère mieux. A cette époque, l’album est quasiment terminé, il ne manque plus qu’une autre chanson au tempo rapide dans la même veine que Make Believe Lovers, et cette chanson, ce sera Ring My Bell (plus d’infos sur ce morceau ici). Autant le single précédent, pourtant très bon, était passé inaperçu, autant là c’est un véritable raz-de-marée. Le titre envahira littéralement les ondes et se hissera #1 R&B, Pop et Dance, dominant même les rois et la reine du genre, les Bee-Gees et Donna Summer. Ce single est aussi un énorme succès à l’international, notamment au Royaume-Uni. Le LP Songs Of Love se classera #2 des meilleurs albums R&B de 1979, et sera #8 au Billboard. Immédiatement, un second album est en préparation. Le premier single, Don’t Drop My Love, arrivera seulement #52 R&B, #87 Pop et #26 Dance. Selon Anita Ward, ses relations avec Frederick Knight ont commencé à se détériorer à ce moment-là. Elle essaiera encore avec deux autres singles pourtant très bons tous les deux (Can’t Nobody Love Me Like You Do et Cover Me) mais malheureusement, aucun ne marchera, et l’album Sweet Surrender (1979) ne connaîtra pas le succès de son prédécesseur. En 1981, plusieurs facteurs l’amènent à se retirer, à commencer par ses différends avec Frederick Knight depuis l’échec relatif du single Don’t Drop My Love, mais aussi plus généralement la fin d’une époque, celle du règne du disco, et pour couronner le tout, un grave accident de voiture. Elle décide alors de reprendre sa carrière d’enseignante.

pochette-anita-ward-wherever-there's-love

Anita Ward tente un retour des années plus tard, en 1989, avec l’album Wherever There’s Love qui, ne trouvant pas de distributeur américain, est distribué confidentiellement au niveau international. L’unique single issu de cet album, Be My Baby (édité en Australie) ne connaît pas le succès. Anita Ward prend alors de nouveau ses distances avec l’industrie musicale pour se concentrer sur sa famille et sa fille née peu de temps après la sortie de l’album. On la retrouvera de temps à autre interpréter son titre phare Ring My Bell lors de diverses célébrations.

Début 2011, Anita Ward annonçait son retour en studio pour travailler sur un nouvel album intitulé It’s My Night. Le premier single It’s My Night (produit par Gilflo) était sorti sur iTunes le 20 mai 2011, mais il n’y a pas eu de suite. On n’a plus de nouvelles de cet album depuis.

Songs Of Love (1979 / Juana Records)
pochette-anita-ward-songs-of-love

Ce premier album, sorti à l’origine durant l’été 1979, est un indispensable pour tout amateur de disco/soul. Il a été réédité (en CD uniquement) par Big Break Records en mars 2013. Ce Songs Of Love contient huit titres, dont évidemment le cultissime Ring My Bell, et également le sous-estimé Make Believe Lovers, deux titres purement disco (tous deux présents sur l’album dans leur version disco mix). Le reste de l’album est différent, beaucoup plus orienté soul (ce qui surprendra pas mal de monde à sa sortie), à l’image des très bons titres que sont Spoiled By Your Love, Sweet Splendor ou encore You Lied. La réédition de Big Break Records offre en bonus les versions single de Ring My Bell et Make Believe Lovers.

Sweet Surrender (1979 / Juana Records)
pochette-anita-ward-sweet-surrender

Celui-ci n’a pas été réédité mais il est trouvable si vous fréquentez un peu les foires aux disques, ou les marchés d’occasion sur le net. Dans la continuité de Songs Of Love, ce Sweet Surrender offre cette fois encore huit morceaux, la majorité d’entre eux lorgnant clairement du côté de la soul. On trouve le morceau Don’t Drop My Love, dont l’échec relatif dans les charts a terni les relations d’Anita Ward avec Frederick Knight. Le morceau est pourtant très bon, tout comme les deux autres titres disco de l’album, Cover Me et Can’t Nobody Love Me Like You Do (le seul titre de l’album en version longue). Le reste de l’album se compose de ballades soul avec des titres comme Caught Between A Good Thing And Good-Bye ou Forever Love You More.

Son parcours musical aura été bref avec seulement deux albums parus au cours de l’année 1979 (et une tentative de retour en 1989), mais Anita Ward a marqué les esprits avec son tube disco Ring My Bell. Elle a signé quelques autres excellents morceaux, mais son nom restera malheureusement uniquement associé à ce grand classique. Malheureusement car Anita Ward, en commençant sa carrière dans la musique, craignait plus que tout de devenir un de ces « one-hit wonder ».

Article lié : Anita Ward / Ring My Bell
Liens : Anita Ward sur Wikipedia (anglais) / Un article intéressant sur le label Juana Records / Le site Big Break Records

2 Comments

  • Walter dit :

    Ouais super, finalement on découvre plein de choses dans ce blog ! Et Anita Ward sans être une inconnue ne me semblait pas avoir fait autant de disques. Je vais me mettre à la recherche de ces pépites.
    Continuez ! Je suis en train de lire les autres rubriques voir si des choses pourraient m’intéresser.
    Walter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *