El Huervo / Vandereer

pochette-el-huervo-vandereer
On va s’intéresser aujourd’hui au talentueux El Huervo et à son dernier album, intitulé Vandereer, paru le 11 mars 2016 sur le label Swedish Columbia. Cet opus est sorti depuis plus de six mois déjà mais la bonne musique n’a pas de date de péremption. Le style caractéristique du suédois est toujours au rendez-vous et ce Vandereer s’inscrit parfaitement dans la continuité de World’s End.
Le style d’El Huervo, aussi connu sous son véritable nom Niklas Åkerblad, est un mélange atypique et réussi de glitch électro, de psychédélisme et de rythmes hip hop sans oublier une pointe de folk : le « glitch-hop ». Le virage sonore, initié avec le précédent album World’s End (sorti en mai 2015), donne un ensemble un peu plus orienté ambient, légèrement moins varié musicalement que les premiers opus du suédois mais tout aussi original et plaisant. D’autant plus que, comme toujours, l’expérience n’est pas seulement musicale mais elle est aussi visuelle, Niklas Åkerblad étant en effet un artiste aux multiples talents qui réalise notamment de magnifiques peintures et illustrations. Sa patte est immédiatement reconnaissable que ce soit pour sa palette de couleurs, ses motifs récurrents ou l’ambiance générale, tout simplement unique. C’est lui qui est à l’origine des artworks du jeu Hotline Miami et de sa suite Hotline Miami 2 : Wrong Number, en plus d’être également présents sur leurs Bandes Originales respectives aux côtés d’artistes comme Perturbator, M|O|O|N ou encore Scattle (ce qui a contribué à  faire connaître sa musique à un plus large public). Si vous êtes un utilisateur de la plateforme Bandcamp, vous savez sans doute également que c’est lui qui est à l’origine de nombreuses illustrations du Bandcamp Weekly. Et pour finir, c’est encore lui que l’on retrouve pour les artworks des éditions vinyles des deux OST des jeux vidéo Hotline Miami. N’hésitez pas à parcourir son tumblr ou son site officiel, ça vaut vraiment le détour ! Pour en revenir à ce Vandereer (qui fait sans doute référence au mot anglais « wanderer » désignant un vagabond, comme celui que l’on peut voir sur la pochette sur fond de western rétro-futuriste imaginaire), l’album est disponible sur Bandcamp en version digitale depuis le 11 mars 2016. Vandereer a également bénéficié d’une sortie en vinyle, dans une édition limitée (aujourd’hui épuisée) comprenant un très joli artbook de huit pages ainsi qu’un slipmat exclusif aux couleurs de l’album (visible ci-dessous).

el-huervo-vandereer-lp-edition-limitee

Vagabond

Le premier morceau, Notation, est une parfaite entrée en matière. L’atmosphère est immédiatement posée, on entend le crépitement des flammes (un feu de camp est visible au dos de la pochette) et après un court sample vocal, un violon fait une entrée aussi magistrale qu’inattendue. Puisant aussi bien dans la musique folk (avec l’utilisation du violon notamment) que du côté du hip hop (le rythme et la basse), Notation est un savoureux mélange de toutes ces influences présentes chez le suédois. Le morceau suivant, Bizz, est une composition planante, une sorte d’électro ambient relaxante et méditative. Bref, c’est du El Huervo, et c’est rudement efficace, tout comme le morceau suivant intitulé Frilejd, qui utilise des boucles de mélodie répétitives accompagnées de voix apaisantes. Les breaks et le rythme quant à eux sont clairement inspirés du hip hop. Vient alors Carried, avec son introduction à la guitare signée Shelby Cinca, un titre qui avait été teasé lors de l’annonce de la sortie de l’album. Et la première face se termine sur l’apaisant All About You et son électro chaleureuse sur fond de rythmes hip hop. A noter que la version digitale propose un titre supplémentaire qui se situe à cheval entre les deux faces du vinyle. Il s’agit du morceau Envisage, en featuring avec Brahm. La face B est sans conteste la meilleure, tous les morceaux sont excellents, à commencer par Rust que l’on avait déjà pu entendre dans la B.O. d’Hotline Miami 2 : Wrong Number, et que le label Swedish Columbia a eu le bon goût de sortir en single en 2015. Le titre suivant, Irreversible, était quant à lui déjà apparu en face B du single Turf en décembre 2014. Encore une fois, on trouve ce son « sale »,  ces glitchs caractéristique du style d’El Huervo. Le morceau est sombre, groovy et terriblement efficace. Vient ensuite le morceau phare, Vandereer, une autre excellente composition avec cette jolie basse acoustique signée Oscar Dragén (il est également à la basse sur le morceau Notation). Le dernier titre, intitulé Cauldron (qui dispose d’un clip assez psychédélique avec El Huervo en personne !), est un long morceau de 9 minutes qui boucle sur sa fin, comme si le temps lui-même s’arrêtait.

Verdict

Le style d’El Huervo a légèrement évolué depuis ses débuts. Bien que la recette reste la même, l’ensemble est moins nerveux, plus orienté ambient, mais toujours original et innovant, en parfaite adéquation avec son univers visuel. Les compositions soit soignées et ce Vandereer est un véritable voyage musical méditatif et relaxant, dans la lignée du précédent album. Hautement conseillé !

Article lié : Discographie El Huervo
Liens : La page Bandcamp d’El Huervo / Le site officiel d’El Huervo / Le Tumblr d’El Huervo / Le site du label Swedish Columbia / Une interview d’El Huervo sur Insomniac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *