Jimmy Riley / Live It To Know It

pochette-jimmy-riley-live-it-to-know-it
Pour cette 87ème sortie, le label anglais Pressure Sounds, spécialisé dans la réédition de reggae roots, propose une compilation dédiée au trop peu connu Jimmy Riley. La sélection se concentre sur les auto-productions de l’artiste, enregistrées entre 1975 et 1985, et contient pas mal de classiques ainsi que quelques morceaux assez rares.
Martin Norman Riley, aka Jimmy Riley, est un chanteur jamaïcain malheureusement assez peu connu du grand public, qui a néanmoins joué un rôle important dans l’histoire du reggae. A l’époque encore à l’école, il a commencé à chanter au sein du groupe The Sensations (aux côtés de Cornell Campbell notamment), marquant de quelques hits (produits par Duke Reid) la période Rocksteady. Par la suite, il reformera avec Slim Smith et Lloyd Charmers le groupe The Uniques. A l’origine, ce trio vocal était composé de Roy Shirley, Slim Smith et Franklyn White (les deux derniers venant du groupe The Techniques), et fut à l’origine de quelques singles dont le fameux Do Me Good durant l’année 1966. Le groupe splitta et, en 1967, Jimmy Riley et Slim Smith décidèrent alors de le reformer avec l’aide de Lloyd Charmers. Ils se mirent alors à enregistrer pour Bunny « Striker » Lee, et The Uniques devint rapidement le groupe numéro un en Jamaïque. A la séparation du groupe, Jimmy Riley entamera une carrière solo, toujours chez Bunny Lee, pour finalement terminer par produire lui-même ses propres chansons (sur ses labels comme Pee, Yes ou Full Moon entre autres). Il enregistrera également pour les productions Taxi de Sly & Robbie quelques hits tels que Love And Devotion en 1982, et une reprise du Sexual Healing de Marvin Gaye l’année suivante.

pochette-jimmy-riley-majority-rule pochette-jimmy-riley-showcase

macaron-jimmy-riley-from-the-ghetto macaron-jimmy-riley-jackit macaron-jimmy-riley-everybody-needs-money

Protest songs

C’est donc sur les auto-productions de Jimmy Riley que ce set de Pressure Sounds met l’accent. On retrouve évidemment ses plus gros hits des années 70 comme Tell The Youths The Truth ou Nyah-Bingi. Une partie des chansons de l’album proviennent des LPs Majority, Showcase et Tell The Youths The Truth, tous les trois sortis en 1978. Les autres sont issues de singles 7″ et on retrouve également une dub-plate signée King Tubby jamais sortie auparavant. L’excellent Gunman Of JA ouvre le bal sur une version remaniée du Mr Bassie riddim de chez Studio One, immédiatement suivie de sa version (la fameuse dub-plate exclusive de King Tubby). Arrivent ensuite Jackit, co-produit par Lloyd Campbell et sorti en 1975 (un riddim qu’on avait déjà entendu avec le Dread Out Deh de Joy White sorti l’année précédente) et sa version Westcoat issue du même single. C’est un vrai plaisir de retrouver ce single assez rare dans la sélection. A l’origine pressé par Yes Records en face B du 12″ What Am I To Do des Melodians, la version extended du classique Nyah-Bingi est elle aussi une petite perle, tant sur le plan vocal que musical. Les prouesses vocales de Jimmy Riley sont aussi mises en avant sur le titre suivant, From The Ghetto, accompagné de sa version, sorti à l’origine en 7″ par Clocktower Records) avec un très bon riddim concocté par The Aggrovators. Feeling Is Believing est un autre très bon morceau, un « sufferers anthem » dont provient le titre Live It To Know It de la compilation. S’en suit un classique roots assez connu du répertoire de Jimmy Riley enregistré à Channel One, le puissant Give Thanks And Praise que l’on savoure ici en version extended. Une vraie bombe suivie de deux autres bons titres, Tell The Youths The Truth (également dans une version extended), et le superbe Majority Rule, accompagné lui-aussi de sa version. Les chœurs profondément roots de Bridge The Gap, bénéficiant lui aussi d’une sympathique version extended, accompagnent parfaitement le chant de Jimmy Riley. On sent l’arrivée des années 80 sur le titre suivant, Everybody Needs Money (suivi de sa version), une autre protest song qui parle des inégalités sociales, pressée sur le label Full Moon. La chanson Poor Immigrant, tirée de l’album Put The People First (1982, Shanachie) clôt cette excellent sélection.

Indispensable

Le fameux label Pressure Sounds continue son travail de réédition, en dévoilant cette fois une partie du talent de Jimmy Riley, avec une très bonne sélection de titres auto-produits par l’artiste. Ce Live It To Know It, donnant enfin à Jimmy Riley la reconnaissance qu’il mérite, est donc clairement à ranger parmi les meilleures sorties du label anglais. Une excellente compilation qui ravira tous les amateurs de reggae roots.

Liens : Ecouter l’album sur Youtube / Le site Pressure Sounds / La page de l’album chez Pressure Sounds / Jimmy Riley sur Roots-Archives

Tags

3 Comments

  • Alhazdread dit :

    Oh oui ! Oh oui ! Une tuerie d’un bout à l’autre. Effectivement, un des meilleurs Pressure Sounds depuis un moment.

  • Alhazdread dit :

    Oh, et au passage, t’as le « Sly & Robbie present Taxi » ? Le premier morceau, My Woman’s Love, de Jimmy Riley est très, très bon également.

    • dosadi666 dit :

      Non je ne l’ai pas celui-là. Je viens d’écouter sur youtube et ouais, il est pas mal aussi. D’ailleurs pour info, My Woman’s Love est une reprise d’une chanson des Impressions (écrite par Curtis Mayfield). Comme autre bonne chanson de Jimmy Riley, il y a aussi Prophecy et sa version sur l’album Roots Techniques (toujours chez Pressure Sounds).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *