Le jazz en Suède dans les années 50 / Partie 2

bandeau-le-jazz-en-suède-dans-les-années-50-partie-2-rolf-blomquist-harry-backlund-arne-domnerus-carl-henrik-norin-putte-wickman

Le jazz en Suède dans les années 50

Partie 2 : Rolf Blomquist – Harry Bäcklund – Arne Domnérus – Carl-Henrik Norin – Putte Wickman

Suite de nos portraits des grands jazzmen suédois des années 50/60 avec encore quelques saxophonistes importants comme Rolf Blomquist, Arne Domnérus, le très sous-enregistré et sous-estimé Harry Bäcklund, Carl-Henrik Norin et à la clarinette le grand Putte Wickman.
Rolf Blomquist (1925-)
Rolf Blomquist est un bon saxophoniste ténor mais aussi un bon flûtiste et arrangeur qui a enregistré peu de disques mais qu’on entend beaucoup chez d’autres leaders (Lars Gullin, Arne Domnérus, Harry Arnold, Gösta Theselius, Bengt-Arne Wallin, …). Il forme un quintet avec Rolf Ericson à la trompette, Charlie Norman au piano, Gunnar Almstedt à la basse et Andrew Burman à la batterie puis il enregistre en 1953 sous le label Métronome un EP (45 tours) avec entre autres Åke Persson au trombone et Carl-Henrik Norin au ténor plus le très bon pianiste Gunnar Svensson. Un EP intéressant !

pochette-rolf-blomquist-and-his-band-featuring-åke-persson-metronome pochette-rolf-blomquist-flute-fiesta-metronome

En 1957, il enregistre un second EP uniquement à la flûte intitulé Flute Fiesta avec parmi les musiciens Arne Domnérus, Georg Riedel et le très bon guitariste Rolf Berg. Puis la même année, en compagnie de Bengt-Arne Wallin, il grave un beau disque avec des cordes. Il fut édité aux Etats-Unis sur le label Vik (sous-marque de RCA).

Harry Bäcklund (1936-1978)
Ténor hyper doué, d’une grande sensibilité dans son jeu mi-cool mi-bop, Harry Bäcklund n’enregistra malheureusement rien (que je sache) sous son nom. Dès 1950, il passe professionnel. On l’entend alors dans des disques de Nils Lindberg, Putte Wickman et Lars Gullin. Il se produit également au Golden Circle à Stockholm. Puis malade, il cesse ses activités et meurt bien trop tôt à 42 ans.

pochette-harry-bäcklund-featuring-lars-gullin-remembering-harry-anagram

Un CD Remembering Harry sorti chez Anagram il y a plusieurs années comprend plusieurs extraits de concerts mais où le trouver ?

Arne Domnérus (1924-2008)
Encore un ténor et clarinettiste doué mais qui cette fois a beaucoup enregistré et dont les disques se trouvent encore assez facilement. Arne Domnérus commence très tôt sa carrière. A 16 ans il est élu meilleur soliste à la clarinette par le magazine suédois Orchester Journalen. Influencé à l’alto par Johnny Hodges et Benny Carter, il subit l’influence de Benny Goodman et Barney Bigard à la clarinette. Au début des années 40, les disques de Parker sont quasiment inconnus en Suède et quand les musiciens entendent Parker et Gillespie, c’est un choc, ils ne comprennent pas cette nouvelle musique. Mais en 1947, le big band de Dizzy et l’orchestre du bassiste Chubby Jackson apportent la bonne parole et tout va alors très vite. Le bassiste Simon Brehm forme un sextet à l’image de celui de Jackson, Domnérus, Leppe Sundevall (enfant prodige à la trompette) et Gösta Theselius (excellent pianiste, un génie dixit Domnérus) mais la musique ne plaît pas aux clients et Brehm change le style de l’orchestre. Les maisons de disque restent mitigées et enregistrent peu. Enfin en 1949, la compagnie Metronome Records est fondée et Domnérus est l’un des premiers à être signé sur le label. Il grave alors quelques disques d’obédience bop avec le trompettiste Leppe Sundevall et en quartet avec Theselius au piano dont un superbe Body And Soul qui reste encore aujourd’hui un classique du jazz suédois.

pochette-arne-domnerus-favourite-groups-metronome
pochette-arne-domnerus-favourite-groups-1949-1950 pochette-arne-domnerus-and-his-orchestra-1950-1951-with-rolf-ericson-featuring-lars-gullin

En 1950, il fonde un nouveau groupe, « his favourite group », puis en octobre il est contacté par le propriétaire du dancing Nalen pour animer le club. Avec notamment Lars Gullin, Gunnar Svenson au piano, Rolf Blomquist et Rolf Ericson, il forme une espèce de « Dream Band » qui durera 14 ans avec au gré des années différents musiciens. Arne Domnérus restera à jamais un grand du jazz suédois !

Carl-Henrik Norin (1920-1967)
Carl-Henrik Norin est né à Västerås et a grandi à Lulea où il a commencé à jouer du piano, puis du saxophone alto et de l’accordéon. En 1938, il quitte le lycée pour gagner sa vie en tant que musicien. En 1940, il entre dans l’orchestre de Thore Ehrlings. Il y restera sept ans. Carl-Henrik Norin est également compositeur, l’hymne de l’orchestre Mississippi Mood en est un bon exemple. Au sein de cet orchestre, il joue aussi de la clarinette et du saxophone soprano et parfois il chante ! En 1949, il fait partie de l’orchestre suédois qui vient à Paris au festival de jazz.

pochette-carl-henrik-norins-kvartett-roulette pochette-carl-henrik-norins-orkester-roulette

Par la suite, il crée son propre big band et se produit à Nalen. Enfin, il joue en sextet ou en octet avec Arne Domnérus jusqu’au printemps 1962. Norin, dont le jeu au ténor s’inspire au début de Coleman Hawkins et Chu Berry, modernise progressivement son style et ses enregistrements montrent qu’il peut être à la fois traditionnel ou tristanien. D’autres musiciens suédois connus comme le trompettiste Jan Allan, le saxophoniste Rolf Billberg ou le pianiste Rune Öfwerman ont fait partie de son groupe. Norin a également été en vedette dans le big band d’Harry Arnold de début 1956 jusqu’au printemps 1958. On l’entend aussi sur les disques de Lars Gulllin (cf. Le jazz en Suède dans les années 50 – Partie 1). Après 1962, il se tourne vers la musique pop et compose plusieurs musiques de films suédois.

Putte Wickman (1924-2006)
Le plus grand clarinettiste suédois et l’un des meilleurs techniciens mondiaux sur l’instrument, Putte Wickman savait tout autant swinguer que jouer dans un grand orchestre classique ou exécuter de la musique de chambre. Et même si sa technicité pouvait passer pour de la froideur, ses solos étaient superbement construits et toujours swinguants !

pochette-putte-wickman-sextet-impressions-odeon pochette-putte-wickman-sextet-i-hear-a-rhapsody-musica

Il commence à jouer professionnellement en 1944 dans l’orchestre du violoniste Hasse Kahn dont il prend la responsabilité en 1948 lorsque Kahn part faire son service militaire. Wickman fait partie, lui aussi, du Festival de Jazz de Paris en 1949. Par la suite, il forme un sextet orienté bop avec le très bon pianiste Reinhold Svensson et devient très populaire en Suède. On le retrouve également dans des enregistrements de Lars Gullin, Svend Asmussen ou encore Jimmy Raney.

En 1959, il est invité aux Etats-Unis comme soliste. Il jouera alors dans plusieurs orchestres et se produira même au Carnegie Hall. Au milieu des années 60, il passera à une musique de danse plus populaire, puis il reformera un trio et enregistrera jusqu’à quelques mois avant son décès.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *