Le jazz en Suède dans les années 50 / Partie 3

bandeau-le-jazz-en-suède-dans-les-années-50-partie-3-rolf-ericson-jan-allan-bengt-arne-wallin-ake-persson

Le jazz en Suède dans les années 50

Partie 3 : Rolf Ericson – Jan Allan – Bengt-Arne Wallin – Åke Persson

Dans cette troisième partie de notre dossier consacré aux grands jazzmen suédois des années 50 et 60, nous nous intéressons aux cuivres avec bien sûr le trompettiste Rolf Ericson mais aussi Bengt-Arne Wallin et le merveilleux Jan Allan sans oublier le tromboniste international Åke Persson.
Rolf Ericson (1922-1997)
Rolf Ericson commence à jouer de la trompette à 8 ans puis trois ans plus tard, son père l’emmène voir un concert de Louis Armstrong (lors de sa première visite en Suède). Ericson est conquis et sait alors immédiatement ce qu’il va faire de sa vie ! A partir de 43, il travaille dans différents orchestres suédois et devient très populaire au milieu des années 40. En 47, lors de son premier voyage aux Etats-Unis, il joue sur la côte Ouest aux côtés de Benny Carter, Benny Goodman et d’autres. Deux ans plus tard, il rejoint l’orchestre de Charlie Barnet avant de partir à New-York où il remplace Red Rodney dans le quintet de Charlie Parker. En 1950, Rolf Ericson retourne en Suède, se marie et prend des vacances pendant un peu plus de deux ans. Il reprend ensuite la trompette dans des grands orchestres, forme un quintet avec Rolf Blomquist et en novembre 1950, il fait une longue tournée avec Charlie Parker. On le voit par la suite avec Gullin, Domnérus, Stan Getz, …

pochette-rolf-ericson-miles-away-1950-52-with-arne-domnérus-lars-gullin-bengt-hallberg-dragon

Très bon technicien, usant d’un phrasé relax et mélodique, il est très demandé et est classé « premier trompettiste suédois ». En 53, il repart en Amérique et joue avec Charles Spivak, Les Brown ou encore Harry James, puis au Lighthouse d’Hermosa Beach où a été prise cette célèbre photo des trois trompettistes cool de l’époque :

photo-chet-baker-miles-davis-rolf-ericson-credit-cecil-charles-spiller
Chet Baker, Miles Davis et Rolf Ericson. Photo de Cecil Charles Spiller.

En 56, il entame une tournée en Suède avec des musiciens américains dont la chanteuse Ernestine Anderson.

pochette-rolf-ericson-and-his-all-american-stars-emarcy pochette-rolf-ericson-and-the-american-stars-1956-with-ernestine-anderson-dragon

Quelques années plus tard, en 63, il fera partie de la section de trompettes de l’orchestre de Duke Ellington et restera aux Etats-Unis, retournant de temps à autre dans son pays natal avant de s’y établir définitivement en 1993.

Jan Allan (1934-)
Jan Allan commence par jouer du piano en 1951. En rejoignant la capitale, il passe à la trompette, jouant alors dans l’orchestre de Norin avant de rejoindre Lars Gullin et Rolf Billberg de 54 à 55. Il enregistre au piano et à la trompette en petit comité avec le bassiste Georg Riedel.

Après 55, il retourne dans l’orchestre de Carl-Henrik Norin jusqu’en 1959. Très bon styliste et technicien, Jan Allan fait partie des plus importants musiciens suédois. Malheureusement, les enregistrements de cette époque sous son nom sont très rares.

pochette-jan-allan-quartet-sonet pochette-jan-allan-georg-riedel-soldi-musik-philips pochette-jan-allan-quartet-gazell

A partir de là, il va suivre les différentes modes, passant de la bossa nova au rock et même à la composition de musiques de films. En 68-69, il enregistre un très bon disque Jan Allan-70 qui sera honoré d’un Grammy Award suédois. Jan Allan est un trompettiste hors pair à la fois inspiré par Miles Davis et Art Farmer, capable de s’adapter à tous les styles de musiques et à toutes sortes de musiciens. C’est aussi un très bon physicien, très estimé dans le milieu.

Bengt-Arne Wallin (1926-2015)
Avec Jan Allan et Rolf Ericson, on tient là les trois meilleurs trompettistes de Suède. Bengt-Arne Wallin débute dans les années 40, entre dans l’orchestre de Seymour Österwall en 51, puis joue avec l’orchestre d’Arne Domnérus et celui d’Harry Arnold à partir de 53.

pochette-bengt-arne-wallin-jan-johansson-georg-riedel-bengt-hallberg-adventures-in-jazz-and-folklore-dux
pochette-bengt-arne-wallin-old-folklore-in-swedish-modern-dux pochette-bengt-arne-wallin-and-his-tentet-somethin-blue-sonet

En 62, il enregistre un très beau disque d’airs folkloriques suédois intitulé Old Folklore in Swedish Modern (un modèle du genre) qu’il jazzifie avec beaucoup d’intelligence. Bengt-Arne Wallin est également compositeur et arrangeur.

Dans les années 70, il enseigne à l’Académie Royale de Musique de Stockholm.

Åke Persson (1932-1975)
La forte personnalité, le caractère emporté d’Åke Persson et son talent l’ont propulsé en un rien de temps sur la scène suédoise du jazz. Inspiré par Bill Harris, c’est le premier jazzman suédois à faire entrer le trombone dans le jazz moderne !

A 19 ans, il fait partie du quintet de Simon Brehm. Surnommé alors « la Comète », il continue sur sa lancée dans l’orchestre de Domnérus puis joue avec Hacke Björksten. Au trombone, il est alors premier soliste dans l’orchestre d’Harry Arnold quand Quincy Jones l’entend, ce dernier le faisant venir aussitôt dans son orchestre. Il accompagne aussi Lars Gullin, George Wallington, Bengt Hallberg, Stan Getz, Benny Bailey, Lee Konitz, ou Dizzy Gillespie pour ne citer qu’eux.

pochette-lars-gullin-ake-persson-philips
pochette-ake-persson-and-his-combo-metronome pochette-ake-persson-swedish-modern-emarcy

Åke Persson enregistre sur Métronome en 53 puis Philips en 57, Emarcy, puis revient chez Métronome.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *