Les « petits maîtres » de la West Coast : John Graas

John Graas, musicien classique, est un des premiers avec Julius Watkins sur la côte Est à introduire le cor anglais (« French horn ») dans le jazz. Musicien peu connu, jouant essentiellement dans les orchestres de la West Coast, c’est un compositeur et auteur de quelques disques fort intéressants. Malheureusement il nous quitte trop vite à l’âge de 45 ans.
John Graas débute chez Claude Thornhill, Tex Beneke, puis un passage obligé chez Kenton avant d’apparaître dans beaucoup de disques West Coast, chez Shorty Rogers (le manifeste de la West Coast Modern Sounds sur Capitol), Pete Rugolo, June Christy, Art Pepper, Marty Paich, Gerry Mulligan, etc. S’il y a besoin d’un corniste sur le côte ouest, c’est à lui qu’on fera appel.

pochette-john-graas-french-horn-jazz-kapp-records

Son premier disque, intitulé à juste titre French Horn Jazz est enregistré en 1953 pour Trend Records (sous-marque de Kapp). Il sera réédité dans le format 12″ sur le label Kapp Records avec des morceaux supplémentaires enregistrés en 1956. Avec Bob Cooper, Bud Shank, Jimmy Giuffre, ce disque est un pur produit californien, swinguant, mélodieux avec de beaux arrangements, joué par de très bons musiciens. Il a été réédité comme tous les disques de cette chronique chez Lonehill dans la série « The John Graas Project ».

pochette-john-graas-jazz-studio-2-decca-records pochette-john-graas-jazz-studio-3-decca-records

John Graas passe alors chez Decca où il enregistre le volume 2 de la très bonne série « Jazz Studio ». On trouve dans ce LP Herb Geller qui prend un superbe solo d’alto sur Laura, Jimmy Giuffre, Don Fagerquist, Milt Bernhardt, Marty Paich, … Tout est bon dans ce disque, rien n’est à jeter ! Puis dans la foulée, il enregistre le volume 3 de cette série dont il compose tous les thèmes. Avec un groupe à géométrie variable (quintet, septet, nonet) qui comprend Charlie Mariano (très parkérien), Zoot Sims (lestérien), Don Fagerquist, Red Mitchell, Howard Roberts ou encore Marty Paich. Très beau disque encore !

pochette-john-graas-jazz-lab-1-decca-records
pochette-john-graas-jazz-lab-2-decca-records pochette-the-john-graas-nonet-jazzmantics-decca-records

Toujours sur Decca, de 54 à 56, il enregistre ensuite deux très beaux disques très californiens Jazz Lab 1 et Jazz Lab 2. Le gotha de la West Coast est là : Marty Paich, Bob Enevoldsen, Dave Pell, Don Fagerquist, Jack Montrose, Ronnie Lang, Herb Geller, Curtis Counce, Claude Williamson, etc . Ces disque sont magnifiques dans ce genre-là et sont des « must » pour les aficionados du jazz de cette époque. Enfin durant l’été 57, il grave son dernier disque sur Decca intitulé Jazzmantics. Aux côtés d’Art Pepper, Bob Cooper, Jack Montrose, Buddy Collette, Conte Candoli,  Jack Sheldon, Paul Moer ou encore Shelly Manne, il fait de ce disque le meilleur de la série Decca ! Art Pepper n’y est pas pour rien d’ailleurs.


pochette-john-graas-coup-de-graas-emarcy

John Graas quitte alors Decca pour Emarcy Records où la même année et quasiment avec la même équipe il grave Coup de Graas. Très bon disque avec un John Graas très bon instrumentiste et très bon arrangeur, qui a aussi écrit la plupart des thèmes.

pochette-john-graas-composes-an-international-premiere-in-jazz-andex-records

En 58, il grave pour Andex un LP avec une face classique enregistrée en 56 à Stuttgart avec un grand orchestre allemand et sur l’autre un nonet très jazz (Art Pepper, Bill Perkins, Buddy Collette, Jack Sheldon, Paul Moer, …) qui interprète Jazz Chaconne No 1 (qu’on peut qualifier de jazz troisième courant). Ce disque réédité par VSOP est le moins intéressant de sa discographie malgré une bonne face jazz.

Signalons pour les amateurs, le disque The Music of John Graas sur Fresh Sound Records qui reprend un disque Vee-Jay de Paul Chambers avec entre autres Jack Montrose, Bill Perkins et Paul Moer. Graas n’y joue pas malgré le fait qu’il en ait écrit et arrangé une partie. Mais ce disque vaut le détour, ne serait-ce que pour les solos de Perkins et Montrose, deux de nos lestériens préférés.

Ensuite au début des années 60, il travaille avec le chanteur Bobby Darin, le clarinettiste Heinie Beau (le très intéressant Moviesville Jazz sur Coral). Il est également présent sur des musiques de film d’Henri Mancini. En 1962, il meurt prématurément suite à un malaise cardiaque. Ecoutez la musique de John Graas, elle vous transportera dans le monde noir et néanmoins ensoleillé du jazz West Coast, vous ne le regretterez pas !

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *