Niyaz / The Fourth Light

pochette-niyaz-the-fourth-light
The Fourth Light est le quatrième album studio du groupe d’origine iranienne Niyaz. Composé en hommage à Rabia Al Basri (Rabia Al Adawiyya), une grande philosophe soufie et poétesse irakienne du VIIIème siècle, le disque est sorti le 24 mars 2015 sur le label Terrestrial Lane Productions.
Niyaz est une formation qui mélange musiques traditionnelles d’Asie Centrale et du Moyen-Orient et musiques électroniques modernes. Le groupe, fondé en 2005, est composé de la chanteuse Azam Ali (découverte en 1997 au sein du groupe Vas et qui a commencé sa carrière solo en 2002 sur le label Narada avec Portals Of Grace) et de son mari Loga Ramin Torkian (ex-membre du groupe Axiom Of Choice). Ensemble, ils créent le label Terrestrial Lane Productions en 2013, sortant dans la foulée l’album Lamentation Of Swan : A Journey Towards Silence, quatrième album solo de l’iranienne. Le producteur Carmen Rizzo est cette-fois absent du projet et le mixage de The Fourth Light est assuré par Damian Taylor, qui a notamment travaillé avec des artistes comme Björk ou encore The Prodigy pour ne citer qu’eux. Enregistré entre Montréal (Québec) et Istanbul (Turquie), l’album est produit par Azam Ali et Loga Ramin Torkian. La tournée accompagnant la sortie de l’album a également fait l’objet d’un show multimédia réalisé en collaboration avec le vidéaste et designer interactif Jérôme Delapierre. Ce quatrième album studio est donc un hommage à Rabia Al Basri (Rabia Al Adawiyya), poètesse du VIIIème siècle et figure majeure de la philosophie soufie née à Bassorah en Irak. On retrouve aussi des textes de Kaifi Azmi, poète indien ourdouphone du XXème siècle. The Fourth Light comprend des compositions originales du duo Azam Ali/Loga Ramin Torkian et aussi des pièces classiques turques, afghanes et perses. La recette de Niyaz ne change pas et délivre une musique toujours aussi mystique et puissante, à mi-chemin entre le folklore oriental et l’électro, utilisant de nombreux instruments traditionnels (santour, kanun, sarod, saz, kopuz, kaval, bendir, riqq, tabla, …) associés à des instruments modernes (claviers, guitares, …). Cette richesse musicale s’accompagne de compositions soignées et de la présence de musiciens talentueux. Paru sur le label Terrestrial Lane Productions le 24 mars 2015, l’album est distribué à l’international par Six Degrees Records. La photo de la pochette est signée Dariusz Klimczak (dont vous pouvez admirer le travail ici).

photo-niyaz-the-fourth-light-azam-ali-loga-ramin-torkian-credit-jarret-gibbons
Azam Ali et Loga Ramin Torkian. Photo de Jarret Gibbons.

Electro Soufi

L’album s’ouvre sur Sabza Ba Naz (The Triumph Of Love), un titre qui nous transporte sans attendre au Moyen-Orient. Ce morceau très dansant comprend de magnifiques percussions et on note la présence d’une très jolie flûte dans sa dernière partie. Vient ensuite Tam E Eshq (The Taste Of Love), une composition originale du duo Azam Ali/Loga Ramin Torkian dans le style hybride typique du groupe, entre musique traditionnelle et électro moderne. La voix d’Azam Ali plane littéralement au-dessus de ces délicieuses mélodies orientales. Basée sur une chanson turque signée Arif Saq, Eyvallah Shahim ‘New Rendition’ (Truth) est une excellente composition qui fait encore la part belle aux percussions, aux instruments traditionnels et au chant envoûtant d’Azam Ali. Le solo de flûte est tout simplement magique. Le titre Yek Nazar (A Single Glance), qui s’inspire de deux chansons traditionnelles de Khorassan, une région du nord-est de l’Iran, est un autre superbe composition avec de jolies cordes orientales (dont un gheychak, un sorud iranien) et une ambiance plus sombre que le reste de l’album. Avec le morceau Man Haramam (I Am A Sin), qui se démarque par sa rythmique plus lente et atypique, Niyaz montre encore une fois son savoir faire dans le mélange des genres. On retrouve Habib Meftah Boushehri, déjà présent sur les albums précédents, aux percussions. Basé sur un poème indien de Kaifi Azmi, le morceau Aurat (Woman) s’ouvre sur une intro particulièrement envoûtante, bientôt suivie par une rythmique électro tribale et une Azam Ali magistrale au chant ensorcelant. Aux percussions, on trouve Kattam Laraki, également crédité sur Shir Ali Mardan. Le titre suivant, Khuda Bowad Yaret (Divine Companion), est une autre composition bénéficiant de magnifiques arrangements et entourée d’une aura mystique et spirituelle qui puise cette fois ses influences en Afghanistan avec Ustad Taranasaz. Parmi les instruments utilisés, on trouve un sarod entre les mains du musicien indien Aditya Verma. Shir Ali Mardan (Song Of A Warrior), une chanson traditionnelle Bakhtiari originaire d’Iran, est une autre superbe composition du duo Azam Ali/Loga Ramin Torkian. The Fourth Light termine son odyssée avec Marg E Man (My Elegy), un morceau aux rythmiques plus occidentales toujours superbement porté par la voix mystique d’Azam Ali.

Verdict

Avec ce quatrième album, les iraniens de Niyaz continuent leur voyage musical entre l’Orient et l’Occident, entre tradition et modernité, et délivrent une fois encore un album totalement maîtrisé mettant en avant les magnifiques instrumentations du groupe et le chant mystique et envoûtant de l’excellente Azam Ali. The Fourth Light est un très bon album que je recommande sans hésitation.

Liens : L’album The Fourth Light de Niyaz sur Bandcamp / Le site officiel de Niyaz / La page Bandcamp de Niyaz / Le site officiel d’Azam Ali / La page Bandcamp d’Azam Ali / Le site officiel de Loga Ramin Torkian / La page Bandcamp de Loga Ramin Torkian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *