Singers & Players / War Of Words

pochette-singers-and-players-war-of-words
Un peu de reggae en provenance d’Angleterre, et du très lourd ! Adrian Sherwood continue les rééditions de son catalogue On-U Sound (entreprises en 2011 pour les 30 ans du label), et c’est d’un classique de 1981 dont on va parler aujourd’hui. Il s’agit de l’excellent War Of Words, premier album du collectif Singers & Players.
Al’origine, ce War Of Words est sorti sur le label new-yorkais 99 Records en novembre 1981, puis un peu après (en août 1982) sur le label londonien d’Adrian Sherwood, On-U Sound. Comme l’indique le nom Singers & Players, il s’agit d’un un collectif qui regroupe aussi bien des chanteurs que des deejays ou des musiciens. La composition du groupe évoluera au fil des albums, et parmi les grands noms qui en feront partie, on peut mentionner Prince Far I, Bim Sherman, Congo Ashanti Roy, Jah Woosh ou encore Mikey Dread. Ce premier album est largement dominé par la douce voix de Bim Sherman (qui commence ici sa collaboration avec le label londonien), il signe pas moins de cinq des sept compositions, et c’est évidemment lui qu’on retrouve sur la pochette. Mais on tombera également sur la « voice of thunder » de Prince Far I et le toast de Jah Woosh. La majorité des musiciens (Bigga Morrison, Dr Pablo, Eskimo Fox, Lizard, Crucial Tony) provient du groupe Creation Rebel qui n’est autre que la formation The Arabs lorsqu’ils accompagnaient Prince Far I, et une autre partie vient des Roots Radics (notamment Style Scott qui fondera ensuite Dub Syndicate). Mais Londres oblige, on sent aussi l’influence de la scène punk, très active à cette époque dans la capitale britannique, avec la présence de Keith Levene (qui avait fondé Public Image Limited avec John Lydon alias Johnny Rotten, après la séparation des Sex Pistols) et d’Ari-Up (chanteuse du groupe The Slits). La jolie photo de la pochette est signée Kishi Yamamoto, co-fondatrice du label On-U Sound. C’est elle qui réalisera toutes les photos et designs des sorties du label jusqu’à son départ au début des années 90.
pochette-singers-and-players-war-of-words-dos

Sound system culture

On démarre tout naturellement avec Bim Sherman qui pose sa voix douce et plaintive sur ce Devious Woman, un titre très réussi sur lequel on peut notamment entendre les riffs de guitare de Keith Levene. Cette voix caractéristique contraste énormément avec le morceau suivant, Quante Jubila, sur lequel Prince Far I (« the voice of thunder ») fait son apparition. Le riddim est une refonte du morceau Know Yourself de Creation Rebel (sur l’album Close Encounters Of The Third World, sorti en 1978 sur le label Hitrun). Comme la majorité des titres de l’album, ce Quante Jubila bénéficie d’une version extended, qui donne le temps d’apprécier le riddim et qui permet à Adrian Sherwood d’expérimenter musicalement. Sur un rythme plus léger, Bim Sherman signe Sit And Wonder, que l’on trouve également sur l’album Across The Red Sea (paru en 1982 sur le label On-U Sound), mais ici on a le droit à une version extended, avec un toast fort sympathique de Jah Woosh en seconde partie. Bim Sherman continue et délivre une superbe prestation avec le morceau Fit To Survive, qui nous laisse apprécier la pureté de sa voix sur un mix « spatial » rempli d’écho et de réverbération. Dans un style différent, plus agressif (on retrouve d’ailleurs Keith Levene à la guitare), arrive ensuite Reaching The Bad Man, un titre plus classique vocalement, mais avec une ligne de basse terriblement efficace qui se laisse savourer dans une version extended bienvenue. World Of Dipensation est un autre excellent titre, un classique qui revient régulièrement dans la carrière de Bim Sherman et dont la première version remonterait à 1975 (il est sorti notamment sur ses propres labels Red Sea, Sun Dew ou Scorpio et sous différents noms : Dispensation, Ital West, Revolution). Ce War Of Words termine sur un instrumental de toute beauté (encore une fois dans une version extended). Ce 91 Vibration, qui s’ouvre sur un psaume de Prince Far I, est une superbe composition, hantée par des voix fantomatiques (parmi lesquelles la chanteuse punk Ari-Up) et dans laquelle on trouve même quelques traces de melodica (que l’on doit à Dr Pablo, qui sortira le très bon North Of The River Thames en 1984 sur le label d’Adrian Sherwood).

81 UK Classic

Ce War Of Words reste donc un coup de maître qui a immédiatement imposé des artistes comme Prince Far I et Bim Sherman dans la culture dub anglaise. Adrian Sherwood n’en était qu’à ses débuts mais la production était déjà solide et soignée. Le collectif Singers & Players enregistrera quatre autres albums par la suite, dont le très bon Revenge Of The Underdog l’année suivante.

Liens : L’album War Of Words sur le site On-U Sound / Le site On-U Sound

Tags

2 Comments

  • Alhazdread dit :

    Je ne le connais pas du tout celui-là mais il fait vraiment envie. Tu sais si ils les rééditent aussi en CD ? Je voudrais racheter tous les Dub Syndicate et African Head Charge que j’avais en cassette mais la plupart ne se trouvent qu’à un prix prohibitif (ha et désolé s’il y a des fautes mais je suis sur un téléphone et je ne vois pas ce que je tape hehe).

    • dosadi666 dit :

      Les rééditions sont seulement disponibles en LP. Il y a aussi possibilité de les acheter en FLAC/mp3, etc. Pour African Head Charge, j’ai vu qu’ils faisaient un bundle avec quatre albums mais c’est aussi en LP/digital uniquement.

      Sinon pour Singers & Players, j’ai vu qu’il y avait un coffret japonais (On-U Trifecta) qui regroupe les trois premiers albums et qui n’est pas trop cher. Il y en a aussi un pour Dub Syndicate (Pounding System, Tunes From The Missing Channel et Stoned Immaculate), et un autre pour African Head Charge (trois albums mais pas les plus anciens apparemment : Off The Beaten Track, Songs Of Praise et In Pursuit Of Shashamane Land).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *